Pour grossir les caractères, gardez la touche Ctrl enfoncée de la main gauche
et utilisez les touches + ou - jusqu'à la grosseur désirée.

Échos, ce qu'ils ont dits

L’Audiothèque, seul organisme francophone dédié à la lecture éphémère

Sujets : Québec Hebdo , Québec , Amérique du Nord, Charlesbourg

Pierre Schram et Nicoléa Tremblay, deux des piliers de l’Audiothèque.
(Ph Denis Fortin)
Publié le 23 Mars 2012
Denis Fortin

Depuis presque 30 ans, il existe à Charlesbourg un organisme unique en son genre qui permet aux personnes ayant des limitations à la lecture de pouvoir consulter la documentation écrite et informative, autant générale que spécialisée, par le biais d’un système vocal téléphonique, l’Audiothèque.

L’Audiothèque a vu le jour en 1983 parce les besoins du jour étaient inadéquats pour les gens aux prises avec des limitations de la vue, d’affirmer l’un des trois fondateurs avec Carole Tendland et Sylvie Ouellet, Pierre Schram. L’accessibilité à l’information de tous genres était inexistante. Nos débuts ont été très modestes avec un répondeur et un message de trois minutes. Cinq ans plus tard, on a ajouté à nos services la lecture du TV-Hebdo et de quelques revues comme Le Lundi, Châtelaine, etc. Nous avons inséré en 1992 le système Vox, ce qui nous permettait d’offrir à nos usagers les journaux et une quarantaine de périodiques.»

L’Audiothèque diffuse maintenant à travers le Québec et la francophonie en Amérique du Nord sans frais pour les utilisateurs. L’offre de services est de 24 heures par jour, sept jours par semaine. Ce système rend possible la consultation de diverses publications comme les quotidiens, une cinquantaine d’articles, des magazines et des revues, des horaires télés, des circulaires d’épicerie et pharmacie, des programmes et culturels et depuis le mois de décembre 2011, les «Plaisirs de la table», pour combler le très grand manque en matière nutritionnelle.

Nous comptons sur une équipe de quatre permanents (Pierre Schram, Nicoléa Tremblay, Lina Trépanier et Huguette Roussel) ainsi que de quelque 70 bénévoles pour offrir les services à nos usagers. Nos bénévoles font annuellement 3 250 heures de lecture pour les 214 977 demandes de service. À cela, il faut ajouter l’aide ponctuelle que nous offrons, comme la recherche de logements», l’adresse d’une coiffeuse, d’un vétérinaire, d’un médecin, etc. Aide RessourcesVision dispense de l’information sous la forme de bulletins d’organismes. Nous avons aussi ouvert de nouvelles pages sur notre site web, pour diffuser des entrevues vocales avec des personnes handicapées visuelles (À mots découverts) ou sur l’histoire de la déficience visuelle Mémoire des artisans de notre histoire)», d’ajouter le directeur de l’Audiothèque.

Pierre Schram rêve du jour où son organisme sera en mesure de publier tout ce qui existe à l’écrit et qui pourrait aider les usagers.

Virage technologique

Pour ce faire, nous avons amorcé un important virage technologique, puisque notre système téléphonique actuel est désuet et qu’il risque à tout moment d’arrêter de fonctionner. La mise à jour de nos équipements nécessiterait un investissement total de 93 000 $. Pour l’instant, nous avons amassé une somme de 33 000 $. Nous en avons d’ailleurs profité pour mettre en branle certaines étapes préliminaires de ce projet. Nous sommes bien conscients qu’il faudra rapidement être en mesure de répondre aux besoins de nos usagers», a précisé Nicoléa Tremblay.

L’Audiothèque a ainsi fait l’acquisition de trois ordinateurs portables avec cyber casques servant aux lecteurs bénévoles. On a également implanté une nouvelle application (MouturAuTexte), avec l’aide d’un programmeur en applications et expert en accessibilité du web. On a ainsi conçu de nouveaux gabarits qui permettent de saisir et de formater les journaux et horaires télé tirée d’Internet. Finalement, on a pu convertir certaines des lignes téléphoniques en numérique.

Pour la clientèle des gens âgés de plus de 40 ans et qui ont des problèmes de limitation à la lecture, nous sommes considérés comme un service essentiel. Au fil des ans, notre organisme a fait ses preuves et nous entendons conserver cette place privilégiée pour nos usagers. Pour toutes ces raisons, notre souper-bénéfice du 17 mai prochain au restaurant Ô 6e Sens est fort important vers l’atteinte de notre objectif de compléter notre important virage technologique», de conclure Pierre Schram.

Charlesbourg Express, membre du Groupe Québec Hebdo


L’Audiothèque

L'Audiothèque du Québec, une mine d'informations pour handicapés visuels

lesoleil
Publié le 06 mai 2009 à 05h00 | Mis à jour le 06 mai 2009 à 05h00

Pierre Schram a fondé l'Audiothèque il y a 25 ans pour donner à ceux qui n'arrivent plus à lire correctement les journaux et les imprimés l'occasion d'être informés 24 heures sur 24 grâce à un serveur vocal.

Erick Labbé
Lise Fournier
Le Soleil

(Québec) Dans le beau monde de l'entraide, quelque 80 bénévoles font un travail plutôt original. Ils prêtent leur voix deux fois par semaine à l'Audiothèque du Québec. Ils sont lecteurs et lectrices de nouvelles. Leur mission : livrer des informations aux «handicapés de l'imprimé» grâce à un serveur vocal.

Mais qui sont ces personnes qui ont besoin qu'on leur lise le contenu des journaux, des magazines, des circulaires, du télé-horaire ou même des dépliants gouvernementaux?

Comme l'explique le directeur de l'Audiothèque, Pierre Schram, les «handicapés de l'imprimé» souffrent tous à des degrés divers d'un problème de lecture lié à une maladie de l'oeil ou à d'autres affections comme le diabète, la dyslexie, un accident cérébrovasculaire ou simplement la vieillesse; or, comme tout le monde, ils ont besoin d'être informés. Et c'est ce que fait l'Audiothèque en leur offrant un service de nouvelles vocales 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Pour en profiter, les abonnés n'ont besoin que d'un téléphone et de connaître les numéros suivants : 418 627-8882 et 1 877 393-0103 (extérieur). Une fois en ligne, ils utilisent le clavier pour sélectionner les informations de leur choix.

Pierre Schram, lui-même non-voyant, a fondé l'Audiothèque, en 1983 avec des amis. «À l'époque, il y avait explosion de services communautaires de toutes sor­tes, explique M. Schram. Mais pour les personnes affectées par un problème de vision, il n'y avait pas grand-chose. Je me disais : "Pourquoi des gens comme moi n'auraient-ils pas accès aux actualités, aux nouvelles tendances?" N'est-ce pas ce qu'on lit le matin dans le journal qui alimente nos conversations de la journée avec les amis, les collègues de bureau?»

Depuis 25 ans, les bénévoles de l'Audiothèque se font un devoir de lire, tous les jours, le contenu des grands quotidiens québécois et des magazines les plus en demande auxquels s'ajoutent des infos pratico-pratiques telles que les rabais des circulaires «principalement ceux des pharmacies et des supermarchés, précise M. Schram, parce que beaucoup de nos clients sont démunis ou même sous le seuil de la pauvreté.»


Nouveau service d'écoute

Face à une clientèle qui présente des besoins de plus en plus diversifiés, l'Audiothèque a décidé de mettre sur pied le service Aide Ressources-Vision. C'est le bébé de Nicoléa Tremblay. Après avoir évolué pendant des années dans les services sociaux, Mme Tremblay a décidé, par l'intermédiaire de l'Audiothèque de créer une ligne téléphonique d'écoute et de soutien pour les personnes atteintes d'un problème de vision et leurs proches. «Trop de gens ne savent pas où aller, ni quoi faire quand on leur apprend qu'ils risquent de perdre la vue à plus ou moins brève échéance, dit-elle en entrevue. Non seulement se sentent-ils vulnérables et démunis, mais la plupart n'ont aucune idée des services auxquels ils ont droit. C'est ici que nous intervenons en leur donnant des conseils et en fournissant des réponses à leurs questions.

Ceux qui aimeraient donner de leur temps à l'Audiothèque, peuvent communiquer au 418 627-8882.